vendredi 28 mai 2010

Situation préoccupante des cheptels au Nord : Les actions d’envergure du ministre de l’Elevage !

Situation préoccupante des cheptels au Nord

Les actions d'envergure du ministre de l'Elevage !

Si de mémoire collective, le cheptel malien n'a jamais été dans une mauvaise passe que depuis la fameuse sècheresse de 1973 à cause du manque de pâturage, force est de reconnaître que de gouvernement est à pied d'œuvre pour minimiser la situation préoccupante qui prévaut dans le Nord du pays.

 

Depuis quelques temps, le Réseau des organisations d'éleveurs du Sahel ainsi que d'autres organisations non gouvernementales, le tout relayé par certains de nos confrères nationaux et étrangers,  interpellent le gouvernement pour qu'il  reconnaisse la situation de crise qui prévaut au dans les régions Nord du pays.

Selon ces organisations, le septentrion malien est passé d'une situation d'alerte précoce à celle de crise. La disponibilité et l'accessibilité aux principaux aliments pour le bétail étant limitées dans la zone pastorale et agropastorale.

Le prix des animaux sur les marchés se détériore rapidement, pendant qu'au même moment le prix des fourrages et des céréales augmentent.

Dans toute la région, les animaux sont malades et meurent chaque jour qui passe, signale-t-on.

A l'origine de cette hécatombe,  le déficit pluviométrique. En effet, la faible pluviométrie a vite fait place à la sècheresse. Une sècheresse qui menace, désormais, les trois régions du nord : Gao, Tombouctou et Kidal.

Dans certains villages du nord, la famine est si menaçante  que certains éleveurs n'hésitent pas à échanger trois têtes de bétail contre un sac de riz ou de mil.

Pourtant depuis l'alerte lancée par le Système d'Alerte Précoce, le gouvernement, à travers le ministère de l'Elevage et de la pêche, est à pied d'œuvre pour soulager les populations et les animaux dans les trois régions touchées. 

C'est dans ce cadre que le gouvernement, saisi de la situation depuis octobre dernier, a adopté un plan d'urgence. Ce plan devrait consister à l'acheminer dans la région de Kidal 2440 tonnes de riz et 1000 tonnes d'aliments bétail. Sur les 2440 tonnes de riz, 2000 tonnes doivent être acheminés pour servir à appuyer les capacités de stockage des OPAM qui, ensuite, doivent les revendre aux populations à des prix moindre. Aussi, était-il prévu l'achat et l'acheminement de 1000 tonnes d'aliments bétail qui devraient être remis au gouverneur de Kidal qui se chargera de les mettre à la disposition des populations.

Outre ce plan d'urgence qui a été rapidement mis en place et exécuté par les services compétents, le Projet d'Appui au Développement de l'Elevage dans la région du Liptako Gourma (PDELG) et le Projet d'Appui au Développement de l'Elevage au Nord Est du Mali (PADENEM) ont également apporté leur contribution combien inestimable en faisant don de 80 tonnes d'aliments bétail aux cercles de .Bourem et Gao.

Et c'est la ministre de tutelle, DIALLO Madeleine BA, au cours de sa tournée qui l'a conduite de GAO à Menaka en passant par Ansongo, qui a procédé à la remise officielle de ces dons.

Un autre service du ministère de l'Elevage, le Projet d'Appui à la Sélection et à la Multiplication du Zébu Azawak- Ménaka (PASMZAM) a, quant à  lui mobilisé, au cours du premier trimestre 2010, près de 600 tonnes d'aliment bétail et un stock considérable d'autres intrants d'élevage pour plus de 5 millions de nos francs.

Rien que pour le cercle le Projet  a fait un appui de 1110 tonnes d'aliment bétail  (Bunafama) pour un montant de près de 150 millions, dont 240 tonnes en stock stratégique de sécurité, distribué gratuitement 40 tonnes dont 20 tonnes aux éleveurs sélectionneurs et 20 tonnes aux éleveurs ayant remboursé le prêt de crédit bétail accordé par le Projet). A la date d'aujourd'hui,  160 tonnes d'aliment bétail sont en stock dans le magasin central ; tandis que dans chacun des 5 magasins communaux, il y a une disponibilité de 10 tonnes, soit 50 tonnes. En somme, ce sont plus 200 tonnes d'aliment bétail destinées à la vente en stock dans le cercle de Ménaka.

Toutes ces actions ont été ont été accueillies favorablement par les populations de la localité qui, à leurs dires, ont contribué efficacement à soulager les difficultés d'alimentation de leurs troupeaux.

Par ailleurs, les actions du département de l'Elevage n'ont  pas été limitées à des appuis en termes d'aliments bétails.

Grâce à l'appui d'un autre de ses services, le Projet d'Appui au Développement de l'Elevage au Nord Est du Mali (PADENEM), ce sont 271 hectares de bourgoutières ont été cultivés durant la campagne 2009-2010, avec un rendement moyen de 3,5 tonnes de bourgous par hectare. Ce qui, selon les spécialistes, a donné une biomasse de près de 900 tonnes de bourgous dans la région de Gao, vendus par les Coopératives de femmes organisées par le Projet.

Dans sa quête toujours de soulager les souffrances des populations et des animaux, le département de l'Elevage et de la Pêche a soumis une requête à l'Ambassade du Japon pour l'achat de 2000 tonnes d'aliment bétail, au profit de la région de Kidal. Ces quantités qui sont attendus courant juin 2010 seront, après réception, acheminés jusqu'au niveau des communes, a-t-on appris de sources crédibles.

S'agissant des conditions d'amélioration d'abreuvement des animaux qui est une autre préoccupation, le département de tutelle n'est pas resté en marge.

Face à cette situation, l'intensification des travaux d'hydraulique se poursuivent normalement sur le terrain. A ce jour, sur  les 42 puits citernes, 22 puits villageois et la réhabilitation de 30 puits pastoraux qui doivent être réalisés, 8 puits ont été complètement réhabilités, 1 puits en cours de réhabilitation ; 9 nouveaux puits villageois réalisés, dont 4 au cours du mois d'avril ; et 11 nouveaux puits villageois en cours de réalisation.

D'autre part, les travaux de surcreusement des mares se poursuivent avec la satisfaction de tous les acteurs. Sur 15 prévues, 11 ont d'ores et déjà été réalisées parmi lesquelles, celles de la mare de Tinlatane dans la commune d'Intillit (cercle de Gao) ; de Tidermène dans le cercle de Ménaka ; de Jibig dans la commune de Tin Hamma (cercle d'Ansongo) ; et la mare de Tigoulaf dans la commune de Tessit (cercle d'Ansongo).

Par Mohamed D. DIAWARA


--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: