lundi 4 janvier 2010

Tr : [malilink] "Le trafic d'armes et de drogues compense le déficit des donateurs' (interview)


 
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44


----- Message transféré ----
De : Yvonne van Driel Krol <yvandrielkrol@gmail.com>
À : malilink <malilink@malilink.net>; paix au <peace-initiative@malilink.net>
Envoyé le : Dim 3 Janvier 2010, 20 h 06 min 12 s
Objet : [malilink] "Le trafic d'armes et de drogues compense le déficit des donateurs' (interview)

El Khabar - 03/01/10

"Le trafic d'armes et de drogues compense le déficit des donateurs »

Interview exclusif à El Khabar, M.DAGUZAN

Quelle lecture faites vous des événements qui se sont produits au sahel et précisément ceux liés aux rapts de ressortissants occidentaux et de leurs conséquences ?

Trois éléments sont à prendre en compte : d'abord créer une situation d'insécurité pour tous les Occidentaux dans la zone sahélienne contribuant à renforcer l'image de l'AQMI à l'extérieur et dans les pays concernés ; ensuite se financer en espérant obtenir d'avantageuses rançons de la part des pays des ressortissants enlevés ; enfin, influer sur les ressources touristiques des pays du Maghreb et du Sahel en tuant le tourisme dans cette zone et donc avoir un moyen de pression sur les gouvernements.

Est-ce qu'il y a, selon vous, un lien entre les salafistes et les contrebandiers locaux qui travailleraient pour le compte d'alqaida dans le rapt des étrangers ? La collusion entre les terroristes et les trafiquants d'armes et de drogue s'expliquerait-elle par quelque chose de particulier ?

Depuis une quinzaine d'années, la mondialisation a aboli les barrières entre terrorisme et crime organisé. Des criminels peuvent utiliser le terrorisme (comme les cartels de la drogue en Amérique latine) pour dissuader les Etats de les combattre. Les terroristes recherchent également tous les moyens de financement possibles. Le crime est l'un d'entre-eux. Le trafic d'arme et le trafic de drogue rapportent beaucoup et permettent de compenser le déficit de donateurs - mode de financement devenu de plus en plus difficile en raison de la mise en place du contrôle des flux financiers illicites aux niveaux national et international.

L'Algérie a réussi à faire adopter une résolution au conseil de sécurité criminalisant l'acte de paiement de rançons aux terroristes ravisseurs. Les gouvernements occidentaux sont particulièrement visés parce qu'ils ont, par le passé, donné de l'argent pour libérer leurs otages. Cette résolution peut elle être dissuasive et/ou persuasive ?

C'est une question très difficile. On comprend qu'il faut éviter de payer. Mais il y a aussi la question des familles et de l'opinion publique (qui ne supporte pas de voir des otages retenus des années ou assassinés et filmés en direct). Les Etats et les entreprises ne communiquent que peu sur ce sujet sauf quelques pays qui admettent de payer. La France, d'une part ne communique jamais sur ce sujet et surtout cherche à éliminer les preneurs d'otages et récupérer la rançon si celle-ci a été versée (ex : l'intervention en Somalie après l'affaire du Ponant). Etablir une situation à priori comme le propose l'Algérie (appliquée aussi par d'autres pays) peut certes couper l'herbe sous le pied aux terroristes ; mais elle ne facilite pas les négociations potentielles qui peuvent s'engager et permettre de gagner du temps pour préparer une intervention armée. Le flou et l'incertitude semblent être des armes utiles dans ce domaine.

Pensez vous qu'on assiste ? une mutation de groupes terroristes organisé, ce que les américains appellent le "loup solitaire ; c'est-à-dire un courant de pensées d'individus extrémistes liés idéologiquement à Ben Laden et qui ont des comptes ? régler avec "les croisés" et les juifs ?

Depuis toujours, des individus ont des comptes à régler dans la société dans laquelle ils vivent ou résident. Le terrorisme a suivi des voies idéologiques différentes suivant les époques. Après le terrorisme politique puis pro palestiniens et proche oriental des années 1970-1980, on assiste à une autre développement avec des individus ou des groupes qui s'appuient sur une vision tronquée et déformée de l'islam dont ils se servent à des fins politiques ou sectaires (souvent les deux). Ils utilisent les images de situations où des Musulmans sont en situation de souffrance (Bosnie, Tchétchénie, Irak, Palestine, etc...) pour proposer le DJIHAD global. L'Algérie, plus que tout autre pays a souffert de cette dérive sectaire et apocalyptique et continue d'en payer le prix avec Al Qaida au Maghreb islamique. Le problème, d'une part de la mondialisation et de la "toile" Internet et, d'autre part, de l'affaiblissement de la structure initiale d'Al Qaida depuis 2001, est que des individus ou des cellules familiales ou amicales s'autoproclament membres d'Al Qaida et se lancent dans la voie du terrorisme en s'appuyant sur les serveurs radicaux du web qui proposent à la fois formation idéologique et, le cas échéant, technique.

Maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique à Paris, dernier ouvrage : terrorisme(s), abrégé d'une violence qui dure, CNRS éditions. Paris 2006.

03-01-2010

http://elkhabar.com/quotidienFrEn/lire.php?ida=190474&idc=103


Aucun commentaire: