samedi 2 janvier 2010

L'école malienne : dans le creux de la vague ?

   L'école malienne : dans le creux de la vague ?

L'école malienne de ces vingt dernières années nous a fait verser beaucoup d'encre et de salive . En fait de salive , nous n'en avons point , nous avons cependant suffisamment d'encre pour continuer à écrire , décrire et décrier . La situation pâteuse dans laquelle se trouve enlisée notre école est des plus attristantes . Sa prise en otage par les politiques et certains patriotes de clocher nous échappent et nous glissent entre les doigts de la main telle une boule de mercure . Il y'a près de vingt ans environ ,  l'école malienne , bancale ,  va clopin-clopant et menace de chuter mortellement dans le creux d'un abysse sans fond si rien n'est fait. Un vent d'espoir vient de souffler dans nos coeurs à l'orée de la nouvelle année. Voici le verbatim de l'adresse du chef de l'Etat à la Nation : « L'éducation est une dimension importante de la révalorisation des ressources humaines .  La mise en oeuvre des conclusions du Forum national sur l'éducation doit continuer à retenir toute notre attention. »  . Le Président aurait –il été subitement inspiré par Minerve , la déesse de la sagesse ? Ou serons nous tentés de croire que l'oiseau de Minerve prend son envol à la tombée de la nuit ? A chaque fois qu'il s'est agi de dénoncer ou de tirer sur la sonnette d'alarme , certains ont pris le pli de gesticuler comme des forcenés en nous considerant comme des diables dans le bénitier.  Loin s'en faut . Toujours étreints par notre désir de dire et de mieux dire les choses que nous ressentons sur le coeur pour ce pays que nous chérissons.  Le Mali est ce qu'on a de commun . Son bonheur  est au coeur de nos préoccupations respectives . S'il doit sombrer , nous chavirerons ensemble. Pour une fois , par délà nos antagonismes et intérêts de classes , convenons que l'école malienne va à- vau-l'eau , qu'il y'a un besoin pressant de la sauver du cataclysme (excusez le vocable car il n'y en a pas d'autres eu égard à la gravité de la situation ) . Toute la problématique se resume à cette question : a t-on davantage besoin d'éducation , d'indépendance intellectuelle, mentale que de grand vitrage ?

La théorie du hasard de Cournot ne saurait avoir sa place dans le développement d'un pays qui se base et s'appuie sur une stratégie bien définie . Le projet de développement économique et social élaboré par le gouvernement ne s'est pas préoccupé de poser la prépondérance de l'école sur les infrastructures clinquantes et sémillantes. A preuve :

 Bamako qui ressemblait à un échiquier avec quatre (4) pions : la colline de koulouba , la grande mosquée , l'hôtel de l'Amitié , et la colline du lycée de badalabougou est un vaste chantier en construction . Le Mali , en particulier Bamako , la capitale est en passe de devenir une véritable vitrine en Afrique de l'Ouest à l'image de Yamoussokro en Côte d'Ivoire , Abudja au Nigéria . De la matrice de notre vieille terre surgissent telles des champignons des réalisations de prestige :

Hôtel cinq (5) étoiles venant s'ajouter à toute une ribambelle d'autres faisant du Mali premier de l'espace UMOA et deuxième dans la CEDEAO . Aérogare de frêt , Hôpital du Mali, Route Kayes-Bafoulabé, Centre Commercial et parking , Nouvel échangeur du Rond-point de la Colombe , Troisième pont de Bamako , Cimenterie de Diamou , Usine de Montage des Tracteurs , la célébration fastueuse du cinquantenaire de notre independance.........tout cela avec l'aide de nos "amis-partenaires financiers " ou l'usage du pécule national.  

Peut-on sincèrement juger du développement d'un pays à l'aune de ces infrastructures qui , à notre sens tiennent de l'investissement de prestige , une espèce de miroir aux alouettes ? Comme le diraient les laudateurs et panégyristes d'ATT , le PDES ne marche plus , il est au galop . Pourquoi ne ferait-on pas preuve d'ingéniosité en ajoutant à cet attelage l'Education qui est le socle de tout développement social et économique ? La société et l'école maliennes sont en crise . L'éducation est avant tout pour le développement de l'homme et de la société . On façonne les plantes par la culture , et les hommes par l'éducation . Poser l'antériorité de l'éducation , lui assigner le rôle d'accompagnateur et d'éducateur de tout projet de développement nous semble relever de la raison . Véritables mythes , les Etats Généraux sur la délinquence financière et l'éducation l'ont été . Ils se sont terminés en eau de boudin . Ils ont été une espèce de diversion , de la poudre dans les yeux du vulgum pecus malien . Encore une fois , l'argent du contribuable fut sacrifié sur l'autel du folklorique . Les maux sont là , incarnés , ils menancent d'atteindre fatalement tout le système si rien n'est fait . Nous le dirons à satiété , autant il a été difficile à l'Antiquité grecque de resoudre ses problèmes de quadrature de cercle , de la trisection de l'angle et de la duplication du cube , les problèmes de l'école sont devenus d'insurmontables problèmes de géometrie pour la politique qui a  choisi de les reléguer stratégiquement aux calendes grecques .

L'administration malienne ressemble étrangement à une espèce d'écurie d'Augias qui gagnerait à être nettoyée serieusement . Cette entreprise , de longue haleine , doit et devrait se faire autour de la formation et de la re-formation de la culture de base de l'homme malien . Le régime autoritaire de vingt -trois (23) ans d'âge de Général Moussa Traoré a été une douloureuse parenthèse pour l'Ecole malienne . Nos valeurs cardinales se sont délitées . C'est pourquoi il est urgent d'assigner à l'Ecole le rôle qui est le sien : la formation de l'homme malien à travers la culture de base qui est l'ensemble des valeurs morales , éthiques , religieuses , sociales , culturelles , artistiques , cosmogoniques , philosophiques .....Elles s'inscrivent dans l'individu au fur et à mesure qu'il reçoit l'influence éducative du groupe . C'est pourquoi on ne peut s'empêcher de penser à ces mots de Emmanuel Kant dans " Reflexions sur la pédagogie " :  «

L'homme n'est éduqué que par des hommes et par des hommes qui ont également été éduqués »

Il faut avoir un sens très aigu du cynisme pour ignorer que l'éducation est la matrice conceptuelle de tout développement . De deux choses l'une , soit par un calcul politique machiavélique , ils aspirent former une génération de citoyens maliens " moutons de panurge " maléables et corvéables à souhait , ou par ignorance criarde , ils méconnaissent le rôle prépondérant de l'Ecole dans le processus de développement d'un pays . Tristesse . Non , la lueur vient de la réaction de l'Europe d'après la deuxième guerre mondiale à refuser les politiques des régimes totalitaires à mouler les individus dans des corsets idéologiques qui les étreingnaient et qui les rendaient contrôlables , la lueur vient aussi de la bouche de Anton S Makarenko , pédagogue russe : "L'homme ne peut vivre en ce monde s'il n'a en vue rien de radieux . Et c'est la mission de l'école de transmuer les formes de joie les plus simples en de plus complexes et plus riches de signification humaine . L'espoir vient aussi de Condorset , grand philosophe du siècle des lumières qui ne croyait pas si bien dire : "la vérité seule peut être la base d'une prospérité durable , et que les lumières croissant sans cesse ne permettent plus à l'erreur de se flatter d'un empire éternel , le but de l'éducation ne peut plus être de consacrer les opinions établies , mais , au contraire de les soumettre à l'examen libre de génération successives , toujours de plus en plus éclairées" . La lueur vient de Victor Hugo qui , souffla éloquemment ceci dans sa trompette : " Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne . Quatre -vingt- dix voleurs sur cent qui sont au bagne Ne sont jamais allés à l'école une fois . Et ils ne savent pas lire et signent d'une croix. C'est dans cette ombre qu'ils ont trouve le crime . L'ignorance est la nuit qui commence l'abîme . Où rampe la raison , périt l'honnêteté" . Enfin l'espoir vient de la théorie du capital humain élaborée par l'américain Gary Becker qui vient conforter notre croyance à l'importance de l'éducation comme enjeu majeur dans le développement d'un pays . Becker nous enseigne que l'éducation est un investissement dans l'individu en vue d'une productivité générée par les acquis de l'éducation .

Le PDES d'ATT est planté ridiculeusement sur sa tête . Il convient d'en corriger les tares et lacunes en faisant de l'école -de l'éducation- l'enjeu principal , l'essentiel qui transmettrait aux générations futures nos valeurs fondatrices et qui leur donnerait le moyen de défendre et de pouvoir des personnes bien éduquées . Nous n'avons pas besoin d'une école qui bourrerait la tête de nos enfants tels des perroquets manipulables à souhait , mais d'une école qui leur permettrait de faire le distingo entre entre ce qu'ils veulent et ce qu'ils ne veulent pas , en toute indépendance d'esprit . Ce faisant , aucun politicien de mauvaise foi ne pourrait leur arracher le suffrage avec des billets de 1000 /5000 francs, de t-shirt ...ou encore mieux , leur vendre du vent .

Dans nos classes de psycho-pédagogie , Jean Piaget nous a enseigné que l'intelligence est la capacité de s'adapter aux situations nouvelles . Nous voulons une école qui s'adapterait aux exigences de l'homme du XXI ème siècle : conjonction de l'enseignement (l'apprentissage: faire et savoir- faire ) et de l'éducation (formation de l'esprit ) . Encore une fois , qu'on ne se trompe pas de combat . Le problème du malien d'aujourd'hui ne se situe pas au niveau du savoir (en fait de diplômés , le Mali en regorge ) mais de l'éducation (valeur ) . A la lumière de cet argumentaire serait-il erroné d'asserter que la délinquence financière trouverait une partie de son explication dans l'effritement de l'Ecole ?

Mr ATT , nous pensons humblement que l'éducation pèse plus lourdement comme indice de développement d'un pays que les maisons flambant neuves d'ATTbougou . Votre conception du développement économique et social peine dans sa pédagogie à nous expliquer la primauté  de l'épiphénomène sur le phénomène .

Il est intolérable , de jure ou de facto , que votre gouvernement oublie ou ignore de faire de l'école une priorité dans son programme de développement .

L'histoire de notre cher Mali vous jugera un jour . Avant l'heure de votre jugement elle vous apprend que Modibo Keïta , sous sa présidence a posé le primat de l'éducation de masse et de qualité dont vous mêmes êtes un pur produit . Cette école avait pour souci la formation des cadres nécessaires pour le développement du Mali , la décolonisation des esprits et la préservation des valeurs et de notre culture . L'école a hiberné dans une longue léthargie de vingt-trois (23) ans avec le régime de votre prédecesseur : Moussa Traoré . Pendant la troisième Republique , Konaré , un enfant de l'école , lui a redonné ses véritables lettres de noblesse à en faisant une priorité . Mr Touré , l'histoire de notre pays vous interpelle et ne manquera pas de noter que les "militaires " qui ont passé à la tête de notre nation ont fait preuve de manque de précautions en ignorant le poids , l'importance et la valeur de l'éducation dans le développement de notre pays . Il vous reste deux (2) longues années pour sauver l'école malienne qui au fil des mois et des ans va à vau-l'eau . Vos petits -enfants dont l'éducation vous préoccupe au moment de votre retraite politique ne vous le pardonneraient pas .

Il serait sage de reconnaître les limites du PDES et éviter de sombrer dans un triomphalisme béat. Les logements sociaux , les échangeurs , .....ne sauraient être des indices fiables pour évaluer le développement de notre chère patrie . Elaborer de véritables stratégies de développement à court , moyen et long termes reléverait d'une véritable attitude de sagesse et de patriotisme de la part de nos politiques . Permettez nous de pasticher Gérald de Selys et Nico Hirtt (enseignant et écrivain ) : " Sans cesse , nous devons reprendre nos livres . Y découvrir l'immense richesse des histoires et des savoirs humains . Pour dire non au monde que l'on nous fait aujourd'hui . Un monde noir de malheur . Et bâtir le monde de demain . Un monde de couleurs où existera enfin , pour tous , le plaisir d'apprendre " . Nous n'aurons de cesse de le dire , nous étions d'il y'a environ cinquante(50) ans dans le même panier de développement que ceux qu'on appelle aujourd'hui "Les Dragons Asiatiques " (Corée du Sud , Singapour , Hong kong et Taiwan ) ; dans l'espace de vingt (20) ans , ils ont séduit le monde , ils ont forcé l'admiration et le respect en prouvant que le développement était loin d'être le résutat d'une génération spontanée , mais la resutante de véritables stratégies auxquelles on s'attele avec sérieux et conviction . Dans ces pays , ils ont commencé par le fait culturel , tous ceux qui ont moins de (50 ) ans n'ont pas souvenance de la langue du colonisateur . En URSS , la révolution de 1917 a enfanté de célèbres psycho-pédagogues qui se sont attelés à réparer les dégâts causés par le léninisme et le stalinisme . Les résutats ont été fabuleux . Aujourd'hui , Moscou a plus de milliardaires que n'importe quelle ville du monde capitaliste . Faisons preuve d'humilité et de sens de l'élévation en ouvrant nos livres en vue de puiser et approprier l'immense savoir et richesse de ces peuples . Eux -mêmes , ils sont allés à l'école de l'Occident et s'en sont appropriés les techniques et technologies ( électroniques , informatiques , textiles , sidérurgie ) et les ont exportées . Nos " dragons d'Asie " ont élaboré leurs stratégies de développement autour de :

  • La scolarisation
  • la réforme agraire
  • l'industrialisation
  • l'exportation

Comme notre Président aime à importer les modèles (reférence au bureau du VEGAL venu du Canada ), il n'y a aucune honte à singer ce modèle asiatique dont les résultats ont sidéré le monde entier tout en reconnaissant les limites de notre schéma actuel de développement . Une stratégie de développement qui tiendrait en compte :

  • l'école
  • l'autosuffisance alimentaire
  • l'industrialisation
  • l'exportation
  • la santé pour tous

fera du Mali un pays de Cocagne où nous nous attelerons à construire les grattes-ciel , les tours , des casinos , des go-go bars- si on le veut - car ne sont que des oripeaux et des fioritures .

Nous disons non au PDES dans sa conception actuelle . Un autre projet de développement est possible pour le Mali . Un Mali , pays de Cocagne , où il ferait bon vivre , où le rêve serait la chose la mieux partagée , pour nous et pour les générations futures .

Bonne année à tous et à toutes dans un Mali libre , uni et prospère .

Ouattara fatogoma Mohamed

Orange , New Jersey, Usa

fouattara2@comcast.net

http://www.ouattaradonzo.com/

 

 

 

 



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: