samedi 12 décembre 2009

Trois questions à Mani Ansar du Festival au Désert.

Interview
  Trois questions à Mani Ansar du Festival au Désert
 Bamako Hebdo, 12/12/2009 Commentaires [ 6 ] E-mail Imprimer

Le festival au Désert d'Essakane qui fêtera du 7 au 9 janvier 2010, son 10ème anniversaire, est devenu en quelques années l'un des plus célèbres festivals de musique au monde. Et au-delà de la musique, c'est la célébration de la tolérance et de la paix entre les peuples. Itinérant au départ, le festival au Désert s'est implanté depuis 2003 à Essakane, à une soixantaine de kilomètres de Tombouctou sur un camping géant de tentes pouvant accueillir environ 10 000 participants. Mais cette année, à cause de l'insécurité dans le nord Mali, il y a des inquiétudes sur la participation massive des touristes. Pour le directeur du Festival au Désert la situation sécuritaire doit être prise au sérieux. Mani Ansar répond à nos questions sur la sécurité au nord.

Est-ce que vous avez des inquiétudes par rapport à l'insécurité au nord ?
Mani : Non, franchement pas, Je tiens à vous dire que l'année dernière à la même période, si on réfléchi un peu on se rendra compte que c'était beaucoup plus dangereux que cette année. Parce que l'année dernière à la même période en plus de cette menace entre guillemet islamiste. Il y avait des groupes bandits qui mettaient le feu partout, à Nampala, Diabaly, Abeïbara un peu partout. Franchement la situation était beaucoup plus tendue. C'est vrai qu'il faut prendre des dispositions, il ne faut pas dire que le risque zéro existe. Le risque zéro n'existe nulle part. Je pense qu'on fait une publicité démesurée sur la situation au nord du Mali qui est injuste.

Est-ce que des touristes ont annulé leur voyage sur Essakane ?

C'est sûr qu'il y a des gens qui décommandent. Mais il y en a qui veulent venir. Dire que personne n'écoute ce qui se dit c'est faux. Si certains annulent, d'autres ont envi de venir qui sont nombreux. Ils ont entendu parler du festival, ils veulent venir. Beaucoup viennent d'autres contrées qui ne regardent pas la télé française, ni n'écoutent les communiqués de leur ambassadeur. Ils viennent de Singapour, du Brésil et de Nouvelle Zélande. C'est vrai que du côté français, anglais et américain il y a une baisse, mais de l'autre côté ça récupère beaucoup.

Il n y a pas de périls en la demeure ? 

 Non pas vraiment, sincèrement. Nous avons le soutien de nos autorités. La situation sécuritaire au nord dépend d'eux. S'ils disent de faire notre manifestation, nous allons la faire. Cela fait 10 ans que nous collaborons et nous ne craignons rien pour le moment. Cette bonne collaboration est soutenue par un communiqué qui confirme chaque festival qui s'approche. Cela fait 4 à 5 ans que c'est ainsi. Et chaque fois ça c'est bien passé. Pourquoi ne pas y croire cette année?. Nous allons le faire et ça sera du 7 au 9 janvier 2010. Les journées se déroulent, ponctuées par des manifestations traditionnelles : les parades et les courses de chameaux, les Tindés (chants traditionnels de femmes), des expositions d'artisanat, des colloques et forums destinés aux nomades et autres participants. A la nuit tombée, sur une scène moderne, plantée dans les dunes, sous les étoiles, place aux concerts dédiés aux musiques du monde entier. Le Festival a toujours attiré du monde.
                         Réalisé par Kassim TRAORE

Bamako Hebdo, est seul responsable du contenu de cet article  
13 hits
 
Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par malienn  792,  le 12 Dec 2009 00:37:07 GMT
 
Bravo Many, ATT be san igno fè, le risque zéro n'existe pas, et les
touristes ont le goût du risque. Nos frères du sud feront massivement le
déplacement vers Essaken, voir Essakent et mourir!!!
 
  Répondre à < malienn >
Posté par malienn  792,  le 12 Dec 2009 00:37:06 GMT
 


--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: