jeudi 31 décembre 2009

Fwd: [msas] Voeux pour 2010



---------- Message transféré ----------
De : Moussa MARA <mara@diarrasec.com>
Date : 31 décembre 2009 09:17
Objet : [msas] Voeux pour 2010
À : coalitionja@yahoogroupes.fr, baseduparti@yahoogroupes.fr, mAliWatch@maliwatch.org, chercheurs professeurs <msas@maliwatch.org>, malilink <malilink@malilink.net>
Cc : peace-initiative@malilink.net


Chers amis,
 
La nouvèlle année est une bonne occasion que chacun utilise à sa manière pour souhaiter le meilleur à l'endroit de ses proches, amis, parents... Cet exercice, préconisé aussi bien par toutes les réligions que par nos pratiques ancestrales en passant par les règles de civilité qui siend à tout être humain, est d'autant plus interessant qu'il est généralement accompagné chez chacun par un petit bilan de la période passée et quelques projections utiles pour celle qui s'annonce. Aussi me plait il de m'y sacrifier en vous gratifiant comme d'habitude d'un petit éclairage sur un sujet généralement d'interêt commun ayant un lien avec ce qui s'est passé ou annonçant ce qui risque de subvenir.
 
Chers amis,
 
Je souhaite vous entretenir d'un sujet qui a ses racines dans l'année 2009, son tronc dans l'année 2010 et peut être ses feuilles et fruits dans les années à venir. Un sujet qui me concerne, une fois n'est pas coutume. Je n'aime pas parler de moi mais j'estime que ce qui arrive en commune IV de Bamako aujourd'hui est emblématique des maux qui minent notre pays et susceptible de constituer en même temps un début de redemption annonciatrice de lendemains meilleurs. Pendant cette année 2009, à l'occasion des élections municipales, la liste que j'ai eu l'honneur de diriger est arrivée en tête en terme de sufffrages (plus de 7000 voix), de conseillers (14 sur 41) et c'est logiquement que nous avons eu la chance de composer une alliance nous permettant d'acceder au bureau municipal et au poste de Maire. J'ajoute que cette élection constitue notre troisième participation à une compétition electorale (élimination par la justice en 2004, battu au second tour des législatives en 2007) et que nous sommes arrivés en tête dans 260 des 320 bureaux de vote et dans 6 quartiers sur 8 de la commune. De juin à maintenant, pendant sept mois, nous nous sommes bornés à faire simplement ce qu'on a promis : gouvernance transparente et honnête, disponibilité à l'égard des populations, impartialité à toute épreuve, rectification et redressement des tords innombrables causés notamment en matière foncière, prise d'initiatives d'amenagement et d'investissement, respect strict des règles...Des résultats timides sont visibles et palpables mais ce qui fait notre fierté est qu'incontestablement nous avons pu restaurer un peu de confiance entre les populations et les élus, confiance indispensable à tout progrès local. Je n'ai aucun doute que nous ayons pu deranger des personnes, nous nous étions préparés à cela. Ces personnes se sont evidement employées à nous combattre, de manière feutrée et ensuite de plus en plus ouverte jusqu'à l'épilogue malheureuse du 22 decembre consacrant l'annulation definitive des élections de 2009 par les autorités judiciaires de notre pays. Ces personnes ne sont pas dans un groupe homogène encore moins dans un seul parti ou dans un seul camp politique ou socio économique. Elles ont comme dénominateur commun l'utilisation des réssources publiques à des fins exclusivement privées, les detournements, la spoliation ehontée des pauvres gens, les manoeuvres frauduleuses d'enrichement sans cause, la depravation des moeurs, la mise à bas de toutes les barrières morales et une volonté inextricable de rester aux responsabilités car finalement c'est la seule garantie pour elles de continuer à detruire lentement mais surement notre société. Ensemble, elles sont très puissantes au point  d'instrumentaliser la justice (publication de la grosse d'un jugement avant que ce dernier ne soit definitif, décision sur de simples allégations sans aucune preuve, jugement fondé sur la falsification de documents et refus de considérer des actess pourtant officiels prouvant le contraire...). Nous venons de subir la reaction de ces personnes et d'en faire les frais. Et cela n'est évidemment pas prêt de s'arrêter!!
 
Chers amis,
 
Nous avons la chance de vivre dans une démocratie, certes imparfaite mais offrant quand même des possibilités. J'ai la faiblesse de penser que cela reste encore possible. C'est ce qui m'a fondé à retenir les partisans les plus acharnés dans leur velleité de contestation musclée de cette decision de justice et dans leur volonté d'en decoudre par la rue avec tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à revenir sur cette élection et à contrarier cette marche en avant qu'on avait entamée ensemble en juin 2009. Je pense très sincèrement que l'outil électoral reste une bonne opportunité pour notre commune d'administrer en 2010 la plus belle leçon de democratie de l'histoire de notre pays. Car, ne nous y trompons pas, les futures consultations qui seront organisées après un brêf intermède d'administration provisoire de la commune (de 3 à 6 mois) n'opposeront pas seulement les listes de l'ADEMA, du MPR, du RPM, de l'URD, de Mara, d'autres indépendants. Elles opposeront surtout deux conceptions de notre avenir commun: celle de l'egocentrisme, de toutes les prédations publiques au profit d'une poignée d'individus et celle de l'intérêt collectif, de la rigueur, de la transparence, de l'honnêtété et du désinterèssement des élus. Cette opposition sera frontale, acharnée, sans merci parcequ'il ne peut y avoir de compromis entre ces deux camps et entre ces deux visions. Les tenants de la prémière sont resolus à nous abattre par tous les moyens car nous representons pour eux un danger mortel. Ils utiliseront l'argent, les manipulations de toutes sortes, la fraude et la justice s'il le faut. De notre côté, nous n'avons qu'une seule arme qui semble à priori insuffisante et a été trôp souvent ignorée par les decideurs de ce pays c'est à dire la conscience citoyenne de la population. Cette arme est notre seule force mais elle peut être décisive. Les réactions de la population de la commune, les réactions de milliers de maliens de l'intérieur et de l'extérieur face à ce que chacun considère comme une injustice nous fondent à penser que nous pouvons y arriver.
 
Chers amis,
 
Oui nous pouvons y arriver! Faire de cette élection un référendum pour une nouvèlle façon de diriger notre commune et notre pays
Oui nous pouvons! Faire de cette consultation un acte de refondation de la gouvernance au Mali avec comme seule boussole l'interêt collectif
Oui nous pouvons! Faire de cette occasion un moyen unique de convergeance de tous les patriotes vers notre commune afin qu'on abatte les murs de la fraude, du vol, du mensonge et qua naisse enfin une conscience citoyenne dans notre pays.
 
Dans ce combat chacun a son rôle à jouer mais personne ne doit rester indifférent. Notre sort individuel n'a aucune importance mais la cause collective qu'il sert est peut être aujourd'hui la plus sublime qui soit pour le Mali. Rien de positif ne pourra être entrepris avec des chances de réussite durable si le citoyen n'est pas citoyen et si le responsable n'est pas responsable! Aucun autre enjeu planetaire ne depasse en importance celui ci pour notre pays et pour le continent.
 
C'est ce que j'ai pensé utile de vous entretenir;
C'est ce qu'il me semble aussi utile de vous souhaiter, de nous souhaiter
 
Une année 2010 militante et engagée
Une année 2010 de sacrifice individuel pour le bonheur collectif
Une année 2010 de paix et de construction nationale
Une année 2010 de santé et de prospérité personnelle et familiale pour chacun de vous
 
 
Bien cordialement
 
 
Moussa MARA
 



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: