mercredi 16 décembre 2009

Fwd: COMPENSATION CARBONE : Le Mali porte la voix de l'Afrique



---------- Message transféré ----------
De : Présidence de la République du Mali <presidence@koulouba.pr.ml>
Date : 16 décembre 2009 12:58
Objet : COMPENSATION CARBONE : Le Mali porte la voix de l'Afrique
À : Assadekab <assadekab@gmail.com>


La Charte africaine de compensation volontaire et solidaire sera présentée le 17 décembre à Copenhague par notre pays à l'occasion d'une journée spéciale placée sous la présidence du chef de l'Etat. L'Afrique compte sur ce mécanisme pour décrocher des financements permettant de développer des projets de reforestation et d'énergies renouvelables

Le Protocole de Kyoto a été adopté en 1997 à la 3è Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Entré en vigueur en 2005, il fixe pour les pays développés des objectifs de réduction d'émissions entre 2008 et 2012. Les pays en voie de développement ne sont pas astreints à des objectifs de réduction contraignants de gaz à effet de serre. Le Protocole a introduit trois mécanismes de flexibilité destinés à aider les pays ayant un objectif de limitation ou de réduction de gaz à effet de serre à remplir leurs engagements à moindre coût. Parmi ces trois mécanismes, il y a le Mécanisme pour un développement propre (MDP) dont l'objectif est double : aider les pays en développement à parvenir à un développement durable ; aider les pays industrialisés à remplir leurs engagements chiffrés de limitation et de réduction de leurs émissions. Force est de constater que le développement de projets dans les pays du Sud dans le cadre du MDP est resté à un stade embryonnaire.

La raison de cet échec résulte des lourdeurs administratives du processus de validation, de la complexité technique des critères d'éligibilité, de la faiblesse des compétences sur le terrain et de l'inadaptation du mécanisme à certains types de projets. Face à cette contrainte, les pays du Sud sollicitent leur intégration dans les mécanismes de lutte prévus par le Nord. Dans cette perspective, il s'agira de renforcer la participation des pays du Sud dans les mécanismes permettant à des organisations publiques et privées et à des individus de compenser les émissions de gaz à effet de serre au Nord.

Assurer un développement durable

Les communications scientifiques démontrent que les changements climatiques vont avoir des incidences néfastes sur la production agricole et les ressources en eau, entraînant une baisse de la production céréalière et des plantes fourragères disponibles pour le bétail, un assèchement des bas-fonds, des points d'eau et donc une diminution de la production halieutique. Ces phénomènes engendrent un appauvrissement des populations rurales qui vont rechercher des sources alternatives de revenus dans les ressources forestières et accroître la déforestation. Le développement de l'agriculture durable se situe à la confluence de trois secteurs prioritaires : développement durable, sécurité alimentaire et développement local.

Il s'agira concrètement de prendre des mesures incitatives sur le plan législatif pour encourager le développement de projets innovants dans le domaine de la plantation d'arbres et de la protection des massifs forestiers autochtones. Etablir des bases de collaboration étroite avec les firmes du Nord pour leur permettre d'appuyer les projets de compensation en Afrique dans une démarche « gagnant-gagnant ». La compensation carbone sert à compenser les émissions de gaz à effet de serre du Nord en finançant des projets au Sud qui aident à la diminution des émissions globales (reforestation, valorisation des énergies renouvelables ...) Sa mise en œuvre donnera naissance aux fonds carbone qui sont des partenariats entre acheteurs et institutions privées ou publiques. Ces fonds centralisent les demandes de crédits de la part des acheteurs et prospectent des projets. Les crédits générés par les projets sont alors distribués aux différents financeurs au prorata de leur participation. Les fonds peuvent apporter un appui technique pour l'élaboration des projets afin d'inciter les investissements productifs dans les filières agricoles et les énergies renouvelables.

La compensation carbone repose sur trois principes de base. Le projet doit être défini et règlementé par le Protocole de Kyoto. Il doit porter sur la réduction ou la séquestration de gaz à effet de serre. Il doit être mis en œuvre par les pays du Nord et contribuer au développement durable des pays du Sud.

Quant à la compensation volontaire, c'est une adaptation simplifiée du Protocole de Kyoto. Des individus ou des organisations achètent des "bons carbone" issus de projets de réductions d'émission de gaz à effet de serre ou de capture du carbone. Ces « bons » appelés aussi crédits carbone servent à compenser les émissions des acheteurs. Le Mali entend promouvoir, au nom de toute l'Afrique, ce mécanisme de compensation carbone lors du sommet de Copenhague. A cet effet, une Journée du Mali sera présidée par le chef de l'Etat Amadou Toumani Touré le 17 décembre dans la capitale danoise. En plus de la présentation du document aux partenaires, le programme une prestation de Salif Keita qui fait appel à notre sens écologique dans son dernier album.

Bréhima Touré

Ministère de l'Environnement et de l'Assainissement


Editeur : Pr販dence de la R诵blique du Mali
http://www.koulouba.pr.ml

Cliquez ici pour modifier votre abonnement



--
Mr ASSADEK aboubacrine
Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l'Université de Bamako.
Tel (00) 223 222 32 44
Fax (00) 223 223 81 68
B.P. E3206 Bamako-Mali
Cel1 (00) 223 643 49 64
Cel2 (00) 223 653 83 44
skype: djaladjo32
site: http://www.aboubacrine-assadek.com/

Kofi Annan : "Pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement, ni développement ni sécurité sans respect des Droits de l'Homme".

Aucun commentaire: